Accèder directement au contenu

Le mobilier de la Cité Universitaire : un nouveau chantier des collections

Découvrez les coulisses et la redécouverte de ces meubles à travers le travail de l'équipe de conservation

Le mobilier des chambres étudiantes de la Cité Universitaire de Paris fait peau neuve au musée. Une partie de ces meubles, créés dans les années 1930 par de célèbres décorateurs et ensembliers, a été acquis par donation en 2000 et 2003. Après être longtemps restés inaccessibles, ils font aujourd’hui l’objet de ce qu’on appelle un « chantier des collections ». Nos équipes ont procédé à leur déménagement et installation dans une nouvelle réserve du musée, afin de pouvoir les redécouvrir, les inventorier, les valoriser. C’est l’occasion de dévoiler ce qui se cache derrière un tel chantier, et de comprendre les différents métiers du musée qui œuvrent à sa bonne réalisation…

Le transfert des collections dans la réserve nécessite tout d’abord une logistique bien orchestrée. Notre régisseuse des collections coordonne l’organisation du transport ; les meubles doivent être soigneusement emballés et répertoriés. En parallèle, il faut vérifier leur identité et mettre à jour les informations dans la base de données du musée.

Tout chantier des collections comprend également des opérations de conservation préventive. Une grande partie du mobilier de la Cité Universitaire est en bois, matériau dans lequel bien des insectes aiment à se faufiler… C’est avec un traitement par anoxie des meubles, organisé par notre régisseuse des collections, que ces organismes sont éliminés et les meubles désinsectisés. Ces derniers sont ainsi privés d’oxygène pendant 21 jours, à une température de 25°C et une humidité de 50%. La conservation préventive repose également sur le contrôle de l’humidité relative des réserves (entre 50 et 65% pour du mobilier en bois) et de la température (idéalement 18°C), ainsi que l’exposition à la lumière. Toutes ces conditions doivent être minutieusement contrôlées par nos équipes.

   

Après le déballage et le dépoussiérage des meubles, il s’agit de prendre leurs mesures, de constater leur état, de vérifier leur numéro d’inventaire, leur description. Ces informations doivent être justes et précises, afin de pouvoir retrouver facilement toutes les œuvres conservées au musée. Notre chef du service de la conservation coordonne toutes ces opérations. En parallèle, notre régisseur technique se charge de l’organisation du mobilier dans la réserve : de la création des étagères qui l’accueillent à son rangement dans celles-ci.

Le chantier des collections est l’occasion de constater et corriger les erreurs qui peuvent s’être glissées dans les inventaires. Dans le cas des collections de la Cité Universitaire, il a ainsi fallu retrouver la trace de certaines pièces dont la localisation avait été perdue… Pour cela, les recherches faites en parallèle sur l’histoire du mobilier sont utiles. Notre documentaliste s’occupe de fouiller dans les archives, dans la documentation du musée et dans les livres pour comprendre le contexte de création des meubles, trouver des photographies d’époque des meubles en situation, chercher des informations sur les artistes, sur les lieux, retracer le mouvement des meubles jusqu’à aujourd’hui…

Le chantier des collections permet ainsi non seulement de réunir les conditions nécessaires à la conservation du mobilier de la Cité Universitaire, mais aussi d’acquérir de précieuses connaissances techniques et scientifiques indispensables à sa valorisation.

Pour en savoir plus sur ce mobilier 

 Lucile Devulder, en stage au musée des Années 30.